19/10/2011

THÈME : Acier au creuset wootz.

Acier au creuset Wootz.

L'acier Wootz est souvent décrit à tort dans la littérature comme "le vrai acier damas". Il a des noms différents selon les cultures.

C'est comme cela, qu'il est appelé, entre autre, Bulat, Al Fulad, Jawhar, Jaudar, Acier au creuset (crucible steel), Wootz, Kara Chorassan ou Al Dimashqui.

Le terme le plus employé est Wootz. Il est issu du mot sanscrit "Vuds" qui signifie aussi bien "fer de grande qualité" que "acier".

Le Wootz connaît une méthode de production unique : les différents composants sont fondus dans un four approprié. Cette méthode de production diffère notablement du procédé traditionnel et plus connu de l'acier damas multicouche.

(dans le damas, le dessin et la consistance typiques sont acquis en soudant ensemble différentes couches de métal à la forge.

Pour la production du Wootz, le fer et l'acier proviennent d'un bas-fourneau et sont mélangés dans un creuset avec, par exemple : du charbon de bois, des restes de plantes, du bois, ou des coquilles de noix.

Ces dernières substances sont importantes et influencent le taux de carbone et le point de fusion de l'acier finalement obtenu.

L'ensemble est hermétiquement fermé et chauffer dans un four. Ce four est comparable à un "four à céramique".

Pendant la fonte des ingrédients, le carbone se déplace à travers le métal. Cela diminue le point de fusion et influence la qualité de l'acier Wootz.

L'acier fondu descend vers le bas du creuset; les impuretés éventuelles et les scories flottent à la surface.

Après le lent refroidissement du creuset, on peut retrouver au fond de celui-ci un masse d'acier solidifié en forme typique de bol.

La surface vitrifiée qui recouvre le dessus de l'acier est formée des impuretés et des scories qui sont fondues.

L'acier est retiré du creuset et homogénéisé longuement à haute température.

Ensuite, il est forgé et étendu en différents cycles de forge à relativement basse température.

Le métal est si rigide et dur qu'il doit être réchauffé de nombreuses fois (parfois jusqu'à 200 cycles de forge) pour pouvoir être aplani à la forge.

Pendant la forge, certains composants de l'acier se dissolvent - les carbures de fer - de la masse de la structure.

Ces carbures migrent à travers l'acier et se concentrent autour d'éventuelles impuretés dans l'acier.

Ce sont ces cordons de carbures richement carbonés qui constituent la structure typique et bien visible du wootz, dans une masse d'acier pauvre en carbone.

Ce dessin, cette structure, rappellent celle du damas multi - couches, mais sont d'origines différentes: le damas consiste, comme la pâte feuilletée, de différentes couches; le Wootz révèle vraiment la construction chimique interne et la structure du métal.

23:39 Écrit par Jacques Delfosse, BKS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.